Notice de la Lorraine

Extrait de Notice de la lorraine Par Dom Auguste Calmet Abbé de Senones Publié en 1756

LONGEVILLE, ou GLANDlERES. LONGEVILLE, Abbaye de Bénédictins, au Diocèse de Metz , de la Congrégation réformée de saint Vanne & saint Hidulse  â une lieue de la Ville de saint-Avold , est nommée Glandières dans les anciens monumens. Elle a pour Patron saint Martin , & a toujours été possédée en règle par des Religieux de l’ordre de saint Benoit, & n’a jamais été donnée en commande.

Comme cette Abbaye est située sur la grande route de Lorraine en Allemagne ,elle a été exposée plus que beaucoup d’autres , à une infinité de révolutions & de pillages , ce qui est cause qu’elle a beaucoup perdu non seulement de ses biens , mais aussi des anciens monumens de son histoire. On lit dans un diplôme donné à ce Monastere , par Louis le Débonnaire , en 836.  qu’il fut fondé en l’honneur de la sainte Vierge & de saint Martin , par Bodagisle , père de saint Arnoû , Évêque de Metz, & bâtie par les bienheureux Digne & Undon.

L’Eglise paroissiale de Longeville, est dédiée sous l‘invocation de saint Magne. L’Abbé est Seigneur du lieu, decimateur & collateur de la Cure. La réforme de la Congrégation de saint Vanne, fut introduite à Longeville , en 1606. par le R. P. François Thierri , Abbé Régulier de ce Monastère.  En 1552 sous le gouvernement dc Sébastien Tervenu , Abbé de Longeville , l’Abbaye fut entièrement saccagée & brûlée le jour de saint Remi, par les troupes d’Albert de Brandcbourg. En 1625 Dom François Thierri , Abbé de Longeville , proposa aux Supérieurs de la Congrégation réformée de saint Vanne,, de transférer dans la Ville de Nancy, l’Abbaye de Longeville , tant la mense conventuelle , que la mense abbatiale. Le Duc Charles IV & son frère le Prince Cardinal Nicolas—François de Lorraine , y donnèrent leur consentement , & le Pape Urbain VIII en ſit expédier les Bulles , en datte du sept Août 1625. mais les Bénédictins réformés ne jugèrent pas à propos de se servir de ces Bulles , qui n’étoient conformes ni à l’intention de Son Altesse , ni à la leur , puisqu‘ils ne demandoient que la translation de la mense abbatiale. Ils prièrent donc le Duc de Lorraine de s’employcr à ce qu’on transferât la mense abbatíale de Longeville, & qu’on l’unit à la Communauté de sainte Croix de Nancy , à condition que le Supérieur général de la Congrégation , résideroit toujours à Nancy & qu’il seroit ipso facto , Abbé né, sans toutefois en porter le titre; pendant que cela se négotioit à Rome , en janvier 1626 M. Thierri Abbé de Longeville, obsédé par ses parens , demanda â Rome, & obtint pour Coadjuteur de son Abbaye, son Neveu, M. de Hénin de Sainte Catherine. Ainsi toute la négociation de la translation de la mense Abbatiale de Longeville à Nancy , n’abboutit à rien.
Depuis la mort du R. P. D. Henri Fauque , dernier Abbé régulier de Longeville , arrivée le vingt—neuf juillet I752.. l’Abbaye est vacante , & le R. P. D. Nicolas Loupmont , qui étoit Prieur de l’Abbaye , a été relégué au Saint Mont, pour avoir voulu procéder à une élection sans la permission de la Cour de Lorraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *